L’histoire de la musique reggae.

 

Devenu très tendance, le reggae est un style musical qui trouve ses racines en Jamaïque. On l’associe souvent au mouvement rasta et à leur religion, le rastafarisme. Plus qu’un simple genre musical, le reggae est un moyen de contestation puissant qui a marqué l’histoire de la population noire à travers l’histoire.

 

L'histoire de la musique reggae - rastafarishop.fr

 

D’où vient le mot « reggae » ?

Les origines du terme reggae n’ont pas encore été réellement définies. Selon certains, il dériverait l’expression anglaise « regular people » qui signifie gens du peuple ou du mot « rageddy » qui se traduit par déguenillé. Pourtant, d’autres croyances suggéreraient que reggae viendrait de l’argot jamaïcain « streggae » qui veut dire femme facile ».
Toutefois, on peut affirmer que le mot reggae est apparu pour la première fois en 1968. On le retrouve dans le titre « Do The Reggae » du chanteur Toots, le leader de groupe the Maytals. Cette chanson peut donc être considérée comme la mère de ce genre musical.
Populaire auprès des populations noires et des ghettos, le reggae est considéré comme le vecteur d’un message politique et religieux puissant : le rastafarisme. A titre de rappel, le rastafarisme est un mouvement mystique prônant le retour aux sources en Afrique pour les noirs pour vivre en paix. Cette religion a été initiée par les esclaves noires opprimées et disséminées en Amérique durant l’époque coloniale. Torturés par leurs maîtres blancs, ces derniers étaient persuadés que leur salut les attendait en Éthiopie, sur les terres de leurs ancêtres.

L'histoire de la musique reggae - rastafarishop.fr (1)

Les origines de la musique reggae.

Aujourd’hui, le style reggae résonne dans tous les pays aux quatre coins du monde. Pourtant, plus qu’une simple musique, le reggae est le porte-parole d’une doctrine puissante.

La naissance d’un genre musical.

Le reggae est né en Jamaïque vers la fin des années 60 à Kingston, dans la capitale du pays. Au même moment, l’île était en phase de décolonisation et se faisait déserter par les colons blancs.

C’est le résultat d’un métissage entre des musiques jamaïcaines comme le Ska ou le Rocksteady. D’un autre côté, il tient aussi ces origines de rythmes caribéens traditionnels comme le Mento et la Calypso ainsi que d’autres musiques africaines importées par les esclaves. Entre temps, le reggae a aussi été influencé par des styles plus américains comme le rythm’n blues, le soul music ou encore le Jazz, qui étaient à cette époque très appréciée par la population jamaïcaine.

 

L'histoire de la musique reggae - rastafarishop.fr (2)

 

Le message véhiculé par le reggae.

Bien que la colonisation ait pris fin en Jamaïque, l’oppression des personnes de couleur ne s’est pas arrêtée pour autant. C’est en réponse à cette injustice que le reggae trouve ses valeurs. En effet, ce style se veut d’être un messager pour la lutte contre le racisme, la violence et les discriminations. Les rastas, qui sont les adeptes du rastafarisme et du reggae, considèrent que cette société babylonienne ne devrait pas avoir de raison d’être. Ces derniers dénoncent les inégalités que prônent cette société et œuvre pour un monde où chacun pourrait profiter pleinement de son indépendance et de sa liberté.
Au fil des années, la musique reggae a été reprise par des chanteurs et des artistes célèbres à travers le monde. D’ailleurs, elle n’est plus réservée qu’aux jeunes noirs et prend de plus en plus d’ampleur chez les Européens et les Asiatiques.

 

 

L'histoire de la musique reggae - rastafarishop.fr (3)

 

Bob Marley : l’homme qui a révolutionné le reggae.

Robert Nesta Marley, plus connu sous le nom de Bob Marley, est né le 6 février 1945 en Jamaïque à Kingtson. Il y grandira dans le ghetto de Trenchtown auprès de sa mère, son père étant décédé alors qu’il n’avait que 5 ans. Sa carrière dans la musique commencera en 1963, lorsqu’il rejoint le groupe The Wailers. Leurs chansons seront des mélanges entre le soul, le ska, le gospel et le rythm’n blues.

C’est en 1966 que Bob Marley découvre le rastafarisme et devient lui-même un rasta. C’est aussi à partir de là qu’il commence à militer pour les valeurs de cette religion à travers ses chansons qui seront très bien accueillies par la communauté rasta. Plus qu’un simple porte-parole, Bob Marley est devenu un emblème et un gardien du rastafarisme. Ses tubes rencontrent un succès planétaire et créent un incroyable mouvement de contestation. En effet, pour la première fois, le monde comprend la souffrance des noirs et commence à s’y intéresser.

Bob Marley n’hésite pas à aborder des sujets sensibles dans ses chansons, comme c’est le cas dans le titre « Get Up Stand Up » qui traite du racisme, de la répression coloniale et de l’oppression que subit le peuple africain. Ce morceau appelle ceux qui l’écoutent à se battre pour leurs droits et leur liberté. Ce désir d’indépendance et de paix est d’autant plus ardent avec « Redemption Song » dont les paroles reprennent une part du discours de Marcus Garvey, un orateur et journalisme noir qui jouera un rôle important dans l’histoire du Rastafarisme.

L'histoire de la musique reggae Bob Marley - rastafarishop.fr

 

 

 

Le reggae en France.

Avant sa période punk, la France a d’abord été frappée de plein fouet par le reggae. Ce style, très méconnu des pays européens, s’implantera très rapidement dans la culture française et sera apprécié par des millions de Français.
Les précurseurs du reggae dans l’Hexagone
La musique reggae fait son entrée en France à la fin des années 70. Dans ce pays, le style sera adopté par Serge Gaintsbourg avec des morceaux comme « aux armes, et caetera » et sa célèbre reprise de « la Marseillaise » à la sauce jamaïcaine. Celle-ci créera d’ailleurs une polémique qui contribuera à décupler les ventes de l’artiste.
Pour faire croître sa popularité déjà grandissante, Gaintsbourg s’envole pour l’île caribéenne afin d’y enregistrer un disque aux côtés d’une grande star du Reggae : The Wailers. Ce dernier en profitera d’ailleurs pour les inviter sur scène lors de sa tournée. Il sera le premier à réellement vulgariser ce style auprès des Français. Toutefois, dans la même année, il sera suivi de près par Bernard Lavilliers et ses deux tubes à succès « Stand the ghetto » et « Kingston ».

 

La naissance d’un engouement.

En France, le reggae prend de plus en plus d’ampleur. Des émissions de radio sur le sujet sont créées et des festivals commencent à voir le jour. Celui qui restera dans les annales sera d’ailleurs le « Garance Reggae Festival » qui sera célébré de 1985 à 2015. Mais on pourra en citer d’autres comme le Reggae Sun Ska Festival, le Dub Camp Festival ou encore le Reggae Summer Vibration. Dans le pays, les concerts de Reggae sont caractérisés par l’ambiance bon enfant et la cohésion entre les artistes et leurs spectateurs.
Encore très rares, les festivals de Reggae n’en restent pas moins très prisés en France et deviennent des lieux de rencontre et d’échange entre tous les adeptes de cette musique aux couleurs tropicales. Sur les traces de la légende des légendes, Bob Marley, d’autres étoiles montantes comme Baobab, Mister Gang, Pierpoljak, Human Spirit ou Princess Erica ont ajouté leur grain de sel au reggae français avec leur touche d’originalité.
Pendant plusieurs années, le reggae s’est imposé sur la scène musicale française, autant dans les grandes villes que dans les petites municipalités.

 

Le reggae à travers le monde.

Après Bob Marley, le reggae connaît une expansion sans précédent sur la scène musicale internationale. Très vite, le style sera associé à d’autres genres musicaux pour donner naissance à des sons atypiques.

En Europe
On retrouve notamment ce mixage dans les chansons du groupe anglais The Police, qui sera l’instigateur d’un genre métissé reggae-rock. Des titres révolutionnaires comme Roxanne (1978) et Message in a Bottle (1979) introduisent un courant moins classique et traditionnel du reggae, mais tout aussi percutant. Sur la même lancée, d’autres artistes comme Boy George (Learder de Culture Club) constatent le franc succès de ce métissage et y adhère avec leur tube Do You Really Want Too Heart Me (1982). Le reggae finira par conquérir tout le continent et finira par atteindre l’Allemagne, où Nina Ragen contribuera avec son titre African Reggae (1980).

En Amérique
Le reggae éveillera aussi l’intérêt de grandes voix américaines comme Steve Wonder, Grace Jones et même le très célèbre Mike Jagger du groupe Rolling Stones. Ils introduiront des titres comme, Walk and Don’t look Back (1980), Master Blaster (1980) et I’ve Seen That Face Before (1981). Le leader des Rolling Stone ira même jusqu’à effectuer une tournée avec le chanteur jamaïcain Peter Tosh.

En Afrique
Sur le continent africain, le reggae dépendra beaucoup des valeurs et de la culture traditionnelle africaine. En effet, le style se jouera principalement avec des instruments typiquement africains comme le balafon ou le kora. Il n’en sera pas moins apprécié par la population locale.
D’un autre côté, au même titre que leurs frères jamaïcains, les artistes africains utiliseront le reggae pour véhiculer des messages politiques et pour revendiquer leurs droits, car, à une certaine époque, le régime de l’apartheid était encore très présent en Afrique Sud. On retrouvera notamment ce mouvement de contestation dans les chansons de Lucky Dube, qui militera contre l’injustice et pour la libération de ses compatriotes.
En Côte d’Ivoire, Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly deviendront des symboles d’engagements et feront beaucoup parler d’eux dans les médias locaux, ce qui amènera parfois les autorités à interdire leurs représentations.

 

L’influence du reggae.

Bien ancré à l’échelle mondiale, le reggae est toujours utilisé pour défendre des causes sociales, politiques et économiques. Toutefois, son ascendance ne s’arrête plus à la communauté et s’étend désormais à travers toutes les communautés et toutes nations.

 

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner à la boutique
      Calculer les frais de livraison
      Appliquer le coupon